Le mariage de Charlotte et Gregor

Aujourd’hui, c’est un mariage tout particulier que je partage avec vous. Tout d’abord parce que leur histoire fait comme un écho à la nôtre et me touche donc en plein, tout droit sur le cœur et puis en plus, nous y étions à ce mariage !!!! =) De surcroît, il se trouve que c’est chez ce couple que nous nous rendons au mois de Juillet… Vous savez, pour nos vacances au Canada ; ) !!! Alors je ne sais pas si vous avez déjà entendu une histoire comme celle-là, mais accrochez vous, j’y ai laissé une petite larme. Un savant mélange entre un conte de fées et une comédie romantique, je vous assure que Cendrillon et Bridget Jones peuvent aller se rhabiller. Je vous laisse apprécier le récit de Charlotte qui se confie sur cette belle aventure et nous raconte leur magnifique histoire.

-M-

Raconte nous la rencontre :

Je voyageais au Canada, seule, en quête d’un meilleur anglais et de nouvelles aventures. Je suis dans la file d’attente pour descendre du ferry, avec tous mes bagages. Je continue mon chemin et j’entends un bref  » May I help you ?  » derrière moi. Un garçon avec un sourire grand jusqu’aux oreilles venait de m’adresser la parole. Je décline. Puis je vois les escaliers au loin… Alors je reviens sur ma décision, puis nous commençons à bavarder. Gregor vient d’emménager pour 1 an sur Pender Island et vient à la station du ferry pour acheter une « bicyclette » comme il s’essaie en français.
Je dois ensuite prendre le bus pour rejoindre l’aéroport, destination Montréal. Il pleut, je ne sais pas quel bus prendre, mais j’ai toute la journée devant moi puisque mon avion est tard dans la soirée. On continue de discuter avec Gregor puis il me coupe et me dit que le bus là-bas va à l’aéroport, puis le bus part. Il me regarde, toujours avec son immense sourire, et s’excuse. Il me sert la main pour me dire au revoir et s’en va. J’adore les rencontres comme ça !
Je le vois au loin… Revenir dans ma direction. Il me dit que le bus qui arrive va également à l’aéroport. Il me presse un peu alors que j’ai toute la journée pour voyager… Mais c’est tellement gentil de sa part que je prends tous mes sacs, et m’en vais sous la pluie direction le bus. Le chauffeur ouvre ses portes, je lui demande s’il va bien à l’aéroport, affirmatif. Alors que je m’apprête à enjamber le bord du trottoir pour monter dans le bus ,  » voudrais-tu boire un cidre avec moi ? « , me dit Gregor, avec un sourire encore plus grand. Euh…. Un cidre ? Pour moi, le cidre c’est bouché et il est 10h du matin… Alors il commence à m’expliquer qu’il est  » gluten free « … Ahah ! Le chauffeur s’interpose contre toute attente et me dit que le garçon a plutôt l’air gentil. Je regarde l’un et l’autre, et finit, comme il ne m’est jamais arrivé de dire oui pour un verre, avec quelqu’un que je ne connais pas.

Après le 5ème, je décide d’aller prendre le bus… Mais Gregor veut m’accompagner. Nous montons donc ensemble dans le bus, avec mes bagages, son nouveau vélo, et nos verres en trop dans le sang. Il cède tout de suite sa place à une vieille dame et commence la discussion avec elle, la fait rire, tout en me regardant avec son grand sourire. Nous arrivons dans le centre de Vancouver et je dois prendre maintenant le métro. Alors que j’achète mon ticket, je le vois à l’autre machine acheter un ticket, son vélo sur l’épaule. Je rigole et lui aussi. Dans le métro, nous nous éloignons du centre et de la foule ; nous n’échangeons pas beaucoup de mots, mais on se regarde.  » You’re the most beautiful women I have never met  » Ringard aurais-je pensé si cela avait été en français, mais sa réflexion ne m’a pas déplu… et je rougis violemment !
Nous arrivons à l’aéroport, je m’assieds sur un banc dehors à l’entrée, la pluie a cessé, j’allume une clope.  » J’aime pas les femmes qui fument  » me lance-t-il. Oula. Je lui réponds que c’est OK car je ne suis pas sa femme.  » Alors si tu fumes, je fume, donne moi une cigarette s’il te plait. » Il est quand même bizarre.
 » Can I kiss you ?  » me demande-t-il. Je lui réponds :  » Certainement pas !  »

 L’air outré, il me demande pourquoi ; je me lève et m’éloigne en disant que je ne suis pas intéressée. Il a l’air triste maintenant. J’en meurs d’envie, mais non.  Je ne le connais pas mais j’ai envie qu’il me rattrape. Je reviens à l’entrée 5 minutes plus tard, comme pour dire oui, mais il n’est plus là….
Après quelques heures d’attente dans l’aéroport, je consulte mes courriels et ouvre un de mes nouveaux messages…

 » I want to see you again… « 

Les questions se multiplient dans mon esprit : comment a-t-il eu mon contact, pourquoi suis-je si heureuse de voir ce message…. Je reste sans mot, fixant ma valise… dont l’étiquette a disparu…

preparatifs1

© Pauline Debost

dsc_0014

© Pauline Debost

La demande en mariage :

Nous sommes restés vaguement en contact, puis il me propose qu’on se revoit avant que je ne reparte pour toujours en France. J’ai envie de le revoir aussi, comme une impression de manque alors que je ne le connais pas. Nous nous revoyons et c’est alors qu’il me redonne cet immense sourire, l’air heureux. C’est comme s’il m’ouvrait les bras du bonheur.
Nous passons la journée ensemble à discuter de nos vies, à rire. C’est l’heure du départ pour moi, car je dois réunir mes affaires éparpillées chez différentes personnes à Vancouver pour rentrer en France dans 3 jours. Il me propose alors de prendre le bateau et de venir chez lui pour quelques jours, avant de partir. Je dis oui aussitôt.
2 jours à explorer l’île sur laquelle il vit. Il vient d’acheter un bateau sur lequel il a élu domicile, nous vivons donc 2 jours incroyables à nous connaître davantage.
On se dit au revoir, il me glisse « I love you already, I will wait for you » dans l’oreille. J’ai les larmes aux yeux une fois sur le bateau.
Je me lève le matin et décide finalement de ne pas repartir. Je prendrai la direction du ferry de nouveau pour atterrir sur Pender Island.
Nous vivons alors presque deux mois ensemble sur son bateau de 12 m² : romance, couché de soleil, aventures, la vie de rêve est au rdv, avec un amour certain qui commence à naître et déjà grandir. Je dois néanmoins repartir en France, mon visa expire. Il a réservé une nuit d’hôtel proche de l’aéroport.
Nous arrivons dans cet hôtel, qui est en fait un B & B flottant, vu sur les montagnes. Aux allures très romantiques, je pense à une chambre pour voyage de noces. Malgré la totale confiance que je lui accorde, aujourd’hui il est différent. Il est froid, presque distant avec moi. Je me remets sur mes gardes en m’imaginant que peut-être je suis un simple amour de vacances ?
Nous passons à table, avec une liqueur de cerise faite par la propriétaire. Je nous sers deux petites coupes. Gregor a presque l’air fâché que j’ai servi la liqueur ; je lui demande ce qui se passe, mais il reste dans un silence de marbre.
Il me demande d’aller chercher de la menthe dans le jardin pour un deuxième verre de liqueur, comme l’avait conseillé la propriétaire.
Je reviens bredouille, je n’ai rien trouvé. Il m’offre une seconde coupe avec un immense sourire revenu sur son beau visage. Je me détends.
A quoi veux-tu trinquer me demande-t-il. Même si nous avons prévu de nous revoir dans quelques mois, je suis triste…  » A nous  » dis-je. Je commence à boire une petite gorgée avant de voir au fond de ma coupe une étrange lumière. Les lèvres encore suspendues au verre, je le regarde, il me fixe de son regard aimant en laissant couler quelques larmes, puis se rapproche, en posant un genou à terre. Il extrait le diamant du verre et me prend la main  » Do you want to spend the rest of your life with me Charlotte ? « . Mon cœur explose d’un sentiment incroyable où tout bascule dans ma tête, je me précipite pour l’embrasser, lui et ses larmes de joie. Pour rien au monde, je n’aurai dit non.

dsc_0093

© Pauline Debost

Y-a-t-il eu un enterrement de vie de jeune fille ?

Weekend plage/campagne avec mes amies. Bon moment mais quelques épisodes en amont qui ne m’ont pas permis de profiter à fond (désistements de dernières minutes, conflits entre certaines avant le weekend…). Mais bilan du weekend incroyable avec des amies en or ❤

dsc_0101

© Pauline Debost

Et le choix de la robe ?

Visite avec ma mère, ma sœur, ma nièce. Toutes d’accord sur un modèle, on n’a pas le droit de prendre des photos, mais on décide que c’est celle-là ! L’amie de ma maman est excellente couturière, elle est OK pour faire la production. Faite donc sur mesure, avec le tissu acheté au marché St Pierre de Paris, des essayages fous rires et de bons souvenirs au rdv. 🙂

dsc_0564

© Pauline Debost

molky

© Pauline Debost

Les préparatifs de mariage :

Tout préparé 1 an avant, puis plus rien les 11 mois avant le mariage, puis beaucoup de travail le mois avant. (nous étions au Canada et sommes revenus un mois avant).

dsc_0569

© Pauline Debost

La journée de mariage et le lendemain :

Cérémonie religieuse (bénédiction et non messe), très bonne météo, grand soleil, ambiance assez décontractée (je crois ?). Des jeux en bois, des bulles, des bougies, de la musique et tous ceux qu’on aime ! Le lendemain, un magnifique soleil nous a accompagné pour un grand barbecue, des jeux et de bons moments passés ensemble.

dsc_0680

© Pauline Debost

Une anecdote, un moment inoubliable ?

Quand nous étions dans la Méhari, direction le manoir… 30 minutes de trajet en buvant une coupe à deux, profiter ensemble avant la grande fête.
Quand nous avons terminé les photos au manoir, et qu’on observait les invités… allongés dans l’herbe, pieds nus, en train de trinquer et de jouer à nos jeux.

dsc_0693

© Pauline Debost

Le budget total et le nombre d’invités :

200 invités au vin d’honneur et 120 à table, budget 17 000€.

17105357_10154628580313821_1085369049_n

© Pauline Debost

img_9267

© Pauline Debost

Un voyage de noces ?

Nous avons traversé la Canada d’Est en Ouest en faisant tout ce qu’on avait envie de faire et en essayant de voir tous les endroits qu’on avait prévus.

img_9180

© Pauline Debost

Un conseil pour les futurs mariés ?

Profitez à fond des préparatifs, car c’est le moment le plus fun (en temps de fun… Le mariage, même s’il est hyper fun, on ne le voit pas passer)!
Ne pas se vexer si vous avez l’impression que seule votre mère vous aide !

img_9277

© Pauline Debost

Liste des prestataires :

Lieu de réception : Manoir de la Queue du Renard

Traiteur : Chaud comme la Breizh

DJ : Nicolas Raison

Photographe : Pauline Debost

Faire-part : Pauline Debost

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s